À LA RECHERCHE DES SEMENCES PERDUES

 

La France possède une filière agricole très industrialisée, l’exploitation se fait sur des grandes surfaces avec une très haute productivité.

La Révolution agricole française a eu lieu au début des années 1950, l’urgence était de nourrir les Français au sortir de la guerre. L’arrivée de la mécanisation et de la recherche variétale a permis d’augmenter les rendements. Mais cette course à la productivité a plongé de nombreux agriculteurs dans une spirale infernale : ils doivent produire toujours plus, causant ainsi l’effondrement des cours mondiaux. Les cours très bas et les marges des intermédiaires asphyxient financièrement les agriculteurs.

Certains agriculteurs se sont tournés vers l’agriculture biologique : une agriculture qui redécouvre les variétés locales, des plus petites surfaces et une plus grande diversité de produits de haute qualité.

 

 

 

La France est devenue en 2014, le 3ème pays européen en termes de surface cultivable bio

image2
 
En France, la production en bio a doublé en 5 ans

 

 

Le saviez-vous ?
Aujourd’hui sur le marché, on ne trouve plus que des semences hybrides F1 et des OGM brevetés. 90% du marché des semences mondiales sont contrôlés par les multinationales.

 

Depuis 1961, les semences autorisées à la culture et à la commercialisation en France sont celles inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés végétales, exclusivement des hybrides F1 et des OGM.

 

 

La création du réseau des semences paysannes

 




 

Mis à jour (Vendredi, 04 Novembre 2016 18:17)